À Hugues de Salins, le 13 juillet 1655
Note [6]

Charles Du Moulin (Du Molin de Paris son véritable nom, Paris 1500-1566) descendait d’une famille noble et était parent par alliance d’Ann Boleyn (v. note [32] du Faux Patiniana II‑7), mère d’Élisabeth ire d’Angleterre. D’abord avocat, Du Moulin devint un des plus savants jurisconsultes de son temps et s’épuisa toute sa vie dans d’infinies querelles, dont les plus retentissantes touchèrent la religion : d’abord catholique converti au calvinisme, il opta pour le luthéranisme puis revint à la religion romaine, ce qui lui valut tour à tour la haine des trois partis.

De la masse des livres qu’il a laissés, Guy Patin citait ici son Commentarius ad edictum Henrici Secundi contra parvas datas et abusus curiæ Romanæ… (Lyon, 1552, in‑4o), traduit en français sous le titre de Commentaires analytiques tant sur l’édit de Henri ii contre les petites dates et abus de la cour de Rome que sur un ancien arrêt de la souveraine Cour du Parlement de Paris contre les réservations, préventions, annates, exactions, usurpations et abus des papes (Lyon, 1554, in‑4o). Ce livre portait sur les longues querelles qui divisèrent la Cour de Rome et le royaume de France. Enivrés par le pouvoir, remuants et ambitieux, les papes n’avaient pas longtemps conservé la modération que leur imposait leur double titre de prêtre et de souverain. Les finances des pays européens, toujours en assez mauvais état, étaient encore affaiblies par les singulières exigences des papes. Quand un souverain refusait les subsides réclamés par Rome, le pape s’adressait aux sujets et levant sur eux au moyen du Clergé de lourdes impositions qui se payaient toujours intégralement, il ne laissait plus rien à prendre au roi. Un tel état de choses suscitait de constantes difficultés, et ne fut pas étranger à l’empressement que mirent certains princes à protéger et à propager la Réforme. Comme l’avaient fait Pasquier ou Pithou, Du Moulin intervint par un mémoire dans cette querelle entre le roi de France, Henri ii, et le pape Jules iii. Conservant pour le chef de la chrétienté un respect sincère, Du Moulin conclut que les plus simples notions de justice étaient blessées par les prétentions de la cour de Rome.

Le pape lui-même ne put se défendre de louer ce mémoire et de reconnaître sa vérité, il se montra plus raisonnable et consentit à un arrangement : « Sire, disait le connétable Anne de Montmorency en présentant Du Moulin au roi, ce que Votre Majesté n’a pu faire avec 30 000 hommes, ce petit homme (Du Moulin était très petit de taille) l’a achevé avec un petit livre » ; mais si le pape avait cédé devant le langage de la vérité, ses conseillers conservèrent toujours à Du Moulin une rancune profonde de leur échec. Ses livres furent condamnés à être brûlés, leur lecture fut déclarée criminelle et on ne l’appela plus que l’impie Du Moulin, comme on disait l’infâme Machiavel. Des émissaires de Rome pillèrent sa maison et il ne dut la vie qu’au dévouement d’un ami (G.D.U. xixe s.).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Hugues de Salins, le 13 juillet 1655. Note 6

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0407&cln=6

(Consulté le 06.05.2021)

Licence Creative Commons