À Charles Spon, le 21 septembre 1657
Note [6]

« On lui a baillé belle, pour dire on lui a dit une bourde » (Furetière). Charles Spon avait profité d’un voyage de son épouse, Marie, née Seignoret, pour jouer un petit tour à Guy Patin : Marie Spon le vint voir sans lui dire qui elle était ; et puis, après un moment de conversation au sujet de « Mlle Spon », elle ne sut abuser plus longtemps du subterfuge et convint de sa véritable identité.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 21 septembre 1657. Note 6

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0492&cln=6

(Consulté le 02.02.2023)

Licence Creative Commons