À André Falconet, le 27 février 1660
Note [6]

L’onguent diapalme, ainsi nommé parce qu’on y faisait entrer une décoction de feuilles de palmier et qu’on remuait le mélange avec une spatule en bois du même arbre, était une sorte d’emplâtre siccatif composé essentiellement de litharge [v. notule {c}, note [14], lettre 181], de sulfate de zinc et de corps gras (Littré DLF).

L’onguent rosat était à base de roses.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 27 février 1660. Note 6

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0593&cln=6

(Consulté le 21.09.2020)

Licence Creative Commons