À Charles Spon, le 1er mars 1660
Note [6]

Le diable se mordait en effet la queue : mettre en parti une Chambre de justice destinée à taxer lourdement les abus des financiers, c’était, tant la Couronne avait un besoin urgent d’argent, vendre par anticipation aux partisans eux-mêmes les amendes infligées par les procès à venir. La dernière Chambre de justice datait alors de 1656 et la suivante ne fut établie qu’en 1661 après la chute de Nicolas Fouquet.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 1er mars 1660. Note 6

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0594&cln=6

(Consulté le 29.01.2023)

Licence Creative Commons