À André Falconet, le 1er octobre 1660
Note [6]

Le grand chemin qui reliait Paris à Pontoise obligeait en effet à traverser la Seine deux fois, à Clichy et à Argenteuil. L’allusion irrévérencieuse aux garces (putains) de Paris qui faisaient fleurir leur commerce quand le Clergé s’y assemblait est maquillée dans l’édition Buderen, où une pieuse coquille a remplacé garces par graces (sans accent circonflexe, mot dénué de sens). Dans cette phrase décidément bancale, il a aussi paru juste de remplacer lacs par bacs.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 1er octobre 1660. Note 6

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0640&cln=6

(Consulté le 29.09.2021)

Licence Creative Commons