À André Falconet, le 5 février 1666, note 6.
Note [6]

Cet ambassadeur extraordinaire était Charles Colbert, frère cadet de Jean-Baptiste (v. note [7], lettre 600).

Mémoires de Louis xiv (tome 1, pages 114‑115, année 1666) :

« Pour engager l’électeur de Brandebourg à la défense des États de Hollande, je lui envoyai d’abord Dumoulin avec des propositions générales, et depuis même, voulant traiter la chose plus précisément, j’avais résolu d’y faire passer d’Estrades, mon ambassadeur en Hollande, que je fus obligé de contremander par le refus que cet électeur fit de lui donner la main ; mais quoique la fierté de cet électeur m’eût été fort désagréable, je ne voulus pas qu’elle rompît un traité qui m’était avantageux et qui d’ailleurs, était rempli d’assez d’autres difficultés, car j’avais à combattre dans cette cour et les persuasions de la douairière, et la considération du prince d’Orange ; mais à qui se peut vaincre soi-même, il est peu de chose qui puisse résister : je dépêchai pour cette négociation Colbert, maître des requêtes, et je vins à bout de ce que je désirais. L’électeur de Brandebourg s’obligea d’entretenir dix mille hommes à ses frais pour la défense des Provinces-Unies. »

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 5 février 1666, note 6.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0856&cln=6

(Consulté le 17/07/2024)

Licence Creative Commons