À André Falconet, les 13 et 14 mars 1670
Note [6]

Portrait du pédant par Mathurin Régnier (v. note [23] du Borboniana 10 manuscrit), Satire x (vers 217‑233) :

« Ainsi ce personnage, en magnifique arroi, {a}
Marchant pedententim, {b} s’en vint jusques à moi,
Qui sentis à son nez, à ses lèvres décloses,
Qu’il fleurait bien plus fort, mais non pas mieux que roses.
Il me parle latin, il allègue, il discourt,
Il reforme à son pied les humeurs de la cour :
Qu’il a pour enseigner, une belle manière,
Qu’en son globe il a vu la matière première ;
Qu’Épicure est ivrogne, Hippocrate un bourreau ;
Que Bartole et Jason ignorent le barreau ; {c}
Que Virgile est passable, encor’ qu’en quelques pages
Il méritât au Louvre être chifflé {d} des pages ;
Que Pline est inégal, Térence un peu joli ;
Mais sur tout, il estime un langage poli.
Ainsi sur chaque auteur il trouve de quoi mordre.
L’un n’a point de raison et l’autre n’a point d’ordre ;
L’autre avorte avant temps des œuvres qu’il conçoit. »


  1. Équipage.

  2. Avec précaution.

  3. Bartolus de Saxoferrato et Giasone del Maino, jurisconsultes italiens des xive et xve s.

  4. Sifflé.

Les supputations de Guy Patin sur l’origine du scorbut n’étaient pas dénuées de sagacité, mais les progrès de la médecine et de la chimie ne lui ont pas donné raison sur la cure de la maladie : l’acide ascorbique (vitamine C) en est le spécifique absolu ; sa carence provoque exclusivement le scorbut et son administration le guérit complètement. Le régime alimentaire que l’Hôpital général réservait à ses pensionnaires devait être bien chiche pour leur valoir cette maladie à la fin de l’hiver.

Une fois de plus (v. note [5], lettre 881), Patin, qui se vantait pourtant d’avoir bonne mémoire, passait sous silence le livre d’André Falconet sur la question (Lyon, 1642, v. note [18], lettre 80), où il approuvait les vertus curatives du jus d’orange (v. note [4], lettre 981).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, les 13 et 14 mars 1670. Note 6

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0977&cln=6

(Consulté le 28.01.2023)

Licence Creative Commons