À Vopiscus Fortunatus Plempius, le 27 juillet 1656
Note [6]

« Le livre de Pline est un trésor, aucun n’est plus digne d’être usé par les mains des rois, car la connaissance de toutes choses ne se peut puiser plus vite d’un autre ».

En 1525, Érasme a publié un Pline qui a connu de nombreuses éditions. Guy Patin citait ici, en la modifiant un peu, cette phrase de son épître dédicatoire à Stanislas Turzus, évêque d’Olmütz en Moravie :

Atqui id ne fieret, opportuit regum esse curam, quum nullus sit liber dignor qui regum manibus teratur, quod non ex alio citius hauriatur rerum omnium cognitio.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Vopiscus Fortunatus Plempius, le 27 juillet 1656. Note 6

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1089&cln=6

(Consulté le 10.08.2020)

Licence Creative Commons