À Reiner von Neuhaus, le 26 juin 1664
Note [6]

En franc gallican, Guy Patin saluait le retour à la déférence de Rome envers la Couronne de France, que l’affaire des gardes corses avait un moment mise à mal ; mais son allusion à d’autres, qui s’étaient excusés de fautes plus vénielles, ne m’a pas paru transparente.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Reiner von Neuhaus, le 26 juin 1664. Note 6

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1334&cln=6

(Consulté le 21.11.2019)

Licence Creative Commons