À Jan Van Hoorne, le 4 avril 1669
Note [6]

Celle-ci est la dernière des 515 lettres (457 latines et 58 françaises) que notre édition a extraites du Ms BIU Santé 2007.

Les deux derniers mots manuscrits de Guy Patin, sous sa signature, sont Viro Cl. [Au très distingué Monsieur], ce qui peut laisser penser que d’autres brouillons, aujourd’hui perdus, auraient suivi. Seule une lettre imprimée en atteste (écrite à Reiner von Neuhaus, datée du 29 septembre 1669). On pourrait autrement croire qu’englouti dans ses graves soucis familiaux (v. les Déboires de Carolus et Comment le mariage et la mort de Robert Patin on causé la ruine de Guy), il avait quasiment cessé d’écrire à ses correspondants européens, mais aussi de chasser les livres, n’ayant plus d’endroit où les conserver (vLa bibliothèque de Guy Patin et sa dispersion). Néanmoins, le débit ininterrompu de ses lettres françaises ne plaide pas en faveur de cette seconde hypothèse.

Le fo 231 (ro et vo) du Ms BIU Santé 2007 est une table des lettres établie par ses compilateurs, mais elle fourmille à ce point d’erreurs qu’il est inutile de la consulter (et plus encore, de la transcrire) ; notre index a les vertus d’être commode, exact et exhaustif.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Jan Van Hoorne, le 4 avril 1669. Note 6

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1506&cln=6

(Consulté le 06.06.2020)

Licence Creative Commons