Annexe : Avis critiques sur les Lettres de Guy Patin : Voltaire, Sainte-Beuve, Nisard, Pic, Mondor, Jestaz, Capron
Note [61]

« Il y a là-dessus certaines choses qui sentent très fort le médecin. »

J.‑H R‑P. (tome i, Notice sur Gui Patin, page xxviii) a attribué cette citation au littérateur François Charpentier (1620-1702) :

« Gui Patin était croyant ; il ne met jamais en doute les fondements du spiritualisme. Il est donc très difficile de comprendre ce jugement de Charpentier sur ses écrits : Sunt nonnulla quæ medicum nimis sapiunt. {a} Qu’a voulu dire par là l’obscur doyen de l’Académie française ? Une simple assertion peut-elle donc suffire ? […] À travers ses boutades, son ironie, ses sarcasmes, on reconnaît toujours les accents d’un cœur pur et sincère. »


  1. « Quelques traits font trop sentir sa qualité de médecin. » Reveillé-Parise aurait mieux fait de ne pas exhumer cette humiliante saillie.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Annexe : Avis critiques sur les Lettres de Guy Patin : Voltaire, Sainte-Beuve, Nisard, Pic, Mondor, Jestaz, Capron. Note 61

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8037&cln=61

(Consulté le 05.05.2021)

Licence Creative Commons