Annexe : Les deux Vies latines de Jean Héroard,
premier médecin de Louis xiii, note 61.
Note [61]

On peut comprendre tout et son contraire dans cet inextricable salmigondis latin : ma traduction n’est qu’une interprétation de son propos, où j’ai cru voir une excuse embarrassée des éminents services que Jean Héroard a rendus à l’odieux duc de Joyeuse, ardent massacreur de protestants.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Annexe : Les deux Vies latines de Jean Héroard,
premier médecin de Louis xiii, note 61.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8225&cln=61

(Consulté le 16/04/2024)

Licence Creative Commons