À Charles Spon, le 7 février 1648
Note [63]

« En médecine on distingue deux sortes de chaleur : la naturelle, qui est le principe de la vie des animaux ; et l’étrangère, qui leur arrive par accident ou de dehors, comme par les remèdes, par les aliments, et c’est celle qui cause les maladies, et surtout la fièvre. […] La chaleur naturelle est souvent suffoquée par des causes étrangères » (Furetière).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 7 février 1648. Note 63

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0150&cln=63

(Consulté le 03.12.2020)

Licence Creative Commons