À Claude II Belin, le 27 octobre 1634
Note [7]

Rueil, aujourd’hui Rueil-Malmaison, à 12 kilomètres à l’ouest de Paris et 10 kilomètres au nord-est de Versailles, possédait un vaste domaine que Richelieu avait acquis. Il fit considérablement agrandir le château et les jardins qui en dépendaient, en y établissant, notamment, des cascades artificielles, innovation qui eut un très grand succès : « Rueil, un des logis du monde/ Où l’eau plus amplement abonde » (Loret).

Après la mort du cardinal, Rueil échut à sa nièce, la duchesse d’Aiguillon, qui en jouissait encore quand, en 1648, la cour, menacée par la Fronde, s’y retira. En mars 1649, la paix de Rueil mit fin à la première Fronde. Quelques années après, Louis xiv acheta le domaine pour un million de livres (G.D.U. xixe s.).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 27 octobre 1634. Note 7

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0018&cln=7

(Consulté le 21.10.2019)

Licence Creative Commons