À Claude II Belin, le 22 août 1641, note 7.
Note [7]

Ægidius Corboliensis, ou Ægidius de Sancto Ægidio, est le nom latin de Gilles de Corbeil, moine bénédictin et chanoine de Paris au xiie s., médecin de Philippe-Auguste. {a} Son œuvre médicale (en vers latins) a été publiée à maintes reprises. Guy Patin déplorait de ne pas avoir une édition des :

Carmina de urinarum iudiciis : edita ab excellentissimo domino magistro Egidio cum expositione et commento magistri Gentilis de fulgineo noviter castigatis et pluribus in locis emendatis per magistrum Avenantium de camerino artium et medicine professorem.

[Poèmes sur le diagnostic des urines, mis au jour par l’excellentissime Maître Gilles, {b} avec l’explication et le commentaire de Maître Gentilis de Fulgineo, {c} que Maître Avenantius de Camerino, {d} professeur ès arts et médecine, a récemment revus et corrigés en maints endroits]. {e}


  1. La ville de Corbeil-Essonnes avait honoré son hôpital du nom de Gilles, mais il a aujourd’hui disparu, transféré en 2012 à Évry, intégré dans le CHSF (Centre hospitalier sud francilien).

  2. Ce recueil contient aussi son liber de pulsibus metrice compositus [livre en vers sur les pouls]. Ces deux textes ont fait l’objet de multiples analyses et frappent encore aujourd’hui par leur pertinence sémiologique.

  3. Gentilis, surnommé Fulginas ou de Fulgineo (Foligno, Ombrie 1230-Bologne 1310) était considéré comme un des meilleurs commentateurs d’Avicenne et un des maîtres les plus autorisés de l’arabisme qui gouvernait alors les universités. Outre ses commentaires de Gilles de Corbeil, Éloy cite ses : Expositiones cum texta Avicennæ [Explications d’Avicenne, avec l’assemblage de ses œuvres] (Venise, 1484) ; De Febribus [Les Fièvres] (Venise, 1526) ; Tractatus de balneis [Traité des bains] (Venise 1503, in‑8o). Il aurait été le médecin du pape Jean xxii (v. note [44] du Faux Patiniana II‑7).

  4. Originaire de Camerino dans les Marches, cet Avenantius n’est pas autrement connu.

  5. Lyon, Franciscus Fradin, 1505, in‑4o, première édition à Venise, 1494.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 22 août 1641, note 7.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0059&cln=7

(Consulté le 18/07/2024)

Licence Creative Commons