À Charles Spon, le 19 février 1649
Note [7]

L’émissaire de l’archiduc Léopold et du comte Fuensaldagne (commandant en chef des troupes espagnoles aux Pays-Bas, v. note [6], lettre 320) à Paris était un moine bernardin espagnol nommé Joseph Arnolfini (mort le 28 octobre 1656). Coadjuteur de son oncle, Octave Arnolfini, à l’abbaye cistercienne de Châtillon dans le diocèse de Verdun depuis 1627, il en était devenu abbé en 1641. Ce prétendu ambassadeur arriva à Paris habillé en cavalier. Les intrigues du coadjuteur et de la duchesse de Chevreuse avaient déterminé l’archiduc à l’y envoyer (Triaire, Jestaz et Bertière a).

Dubuisson-Aubenay (Journal des guerres civiles, tome i, page 168) :

« Cet envoyé est un petit homme à barbe rousse, appelé Saint-Armand-Nourris dans les Pays-Bas ; c’est sa seigneurie. Il signe Don Joseph de Illescas Arnolfini. Beaucoup de gens parlent diversement de lui. En l’imprimé du Parlement, il est appelé Illesiau Arnolfini ; en quelque autre imprimé, Mescas. C’est un moine bernardin ; il se dit naturel espagnol, natif de Séville. Mme de Chevreuse, qui est à Bruxelles, lui a procuré cet envoi ; il est de trente-cinq à quarante ans. »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 19 février 1649. Note 7

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0165&cln=7

(Consulté le 08.08.2020)

Licence Creative Commons