À Charles Spon, le 10 avril 1650
Note [7]

Jacques Brousse (Auzance, Creuse 1589-Paris 1673), docteur en théologie et chanoine de la paroisse Saint-Honoré à Paris, s’était vu contesté par l’archevêque de Paris, Jean-François de Gondi (v. note [11], lettre 19), à la suite d’un sermon de carême où il avait traité de la sanctification des fêtes. Il allait chercher à se justifier par une Lettre de M. Brousse docteur en théologie, écrite a Mgr l’archevêque de Paris (sans lieu, 1650, in‑4o) et s’engager publiquement aux côtés des docteurs de Port-Royal. En 1651, avec Noël de Lalane (v. note [114] des Déboires de Carolus) et Louis Angran, Brousse fut l’un des trois députés qui partirent à Rome défendre en vain les idées augustiniennes devant le pape Innocent x. Il resta jusqu’à sa mort un zélé défenseur de la cause janséniste (Dictionnaire de Port-Royal, pages 220‑221). Dans sa lettre du 3 novembre 1651 à André Falconet, Guy Patin a dit de Brousse qu’il était son « bon ami de longue main ».

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 10 avril 1650. Note 7

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0224&cln=7

(Consulté le 26.11.2022)

Licence Creative Commons