À Charles Spon, les 16 et 26 février 1657
Note [7]

« l’âme du monde ».

Pour Platon, « Dieu n’a pu produire le monde, en tant que le monde a des caractères diamétralement opposés aux siens. Il existe donc hors de Dieu un principe du variable, de l’imparfait, du fini qui, n’ayant pu sortir de Dieu, existe aussi par soi-même. Ce principe, c’est la matière passive, aveugle, indéterminée, sans forme. Par l’action de Dieu sur la matière, l’invariable et le variable, les archétypes et l’élément informe se mêlent en quelque degré ; il en résulte une substance intermédiaire participant de cette double nature ; cette substance, c’est l’âme du monde. L’âme du monde s’individualisant, se divisant en âmes diverses, forme les dieux multiples du vulgaire et les hommes en tant qu’êtres intelligents » (G.D.U. xixe s.).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, les 16 et 26 février 1657. Note 7

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0463&cln=7

(Consulté le 18.09.2019)

Licence Creative Commons