À Hugues II de Salins, le 14 septembre 1657, note 7.
Note [7]

« ni jamais au début de la maladie. Dans les affections chroniques, il est permis de diminuer le traitement peu à peu puis de l’augmenter en se tournant vers remèdes vigoureux ; et il en est qu’il faut changer très souvent pour éviter que la nature ne finisse par s’habituer aux remèdes doux » : je ne suis pas certain d’avoir bien compris et traduit ce que voulait dire Guy Patin.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Hugues II de Salins, le 14 septembre 1657, note 7.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0490&cln=7

(Consulté le 18/04/2024)

Licence Creative Commons