À André Falconet, le 8 décembre 1664
Note [7]

« La cour d’aujourd’hui est comme champs de peste, où sont les vautours qui déchirent, et les cadavres qui sont à déchirer » (variante de Pétrone, v. note [3], lettre 823).

L’acharnement de Guy Patin à sous-estimer la gravité de la maladie de la reine Marie-Thérèse venait probablement du vin émétique que les « vautours » de la cour lui avaient fait boire et qui l’avait heureusement guérie (au dire de Mme de Motteville, v. note [1], lettre 798), le 18 novembre. Tout Paris devait en parler.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 8 décembre 1664. Note 7

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0802&cln=7

(Consulté le 29.11.2020)

Licence Creative Commons