À Johann Georg Volckamer, le 6 avril 1663
Note [7]

V. note [8], lettre 102, pour les six livres des Epistolarum seu Sermonum [Épîtres ou Discours] de Michel de L’Hospital (Paris, 1585, et non 1588, in‑fo), qui ont été réédités à Lyon en 1592 (v. note [23] du Borboniana 4 mnuscrit), mais sans édition genevoise in‑8o que j’aie su trouver.

Guy Patin appelait de Lite [du Procès] le poème intitulé Litium execratio [L’Exécration des procès], adressé à Iacobr. Fabr. (sic), président des Enquêtes au Parlement de Paris. Ouvrant le livre ii, il occupe les livre ii, pages 78‑82 et commence par ces vers :

O Diræ lites, ô iurgia sæva reorum !
O furijs, Ereboque satæ, mortalia semper
Continuo diræ laniatu corda secantes !
Queis neque deterius potuit, neque tristius ullum
Iuppiter terris immittere monstrum
.

[Ô terribles procès, ô furieuses empoignades des parties ! Ô imprécations engendrées par les Furies et par Érèbe {a} pour mordre et déchirer, toujours et sans répit, les cœurs des hommes ! Jupiter n’a par pu envoyer sur terre de monstre plus méchant et plus affligeant que tout cela].


  1. V. notes [8], lettre de Reiner von Neuhaus, datée du 1er août 1669, pour les trois Furies, et [9], lettre du même datée du 1er juin 1673, pour Érèbe.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johann Georg Volckamer, le 6 avril 1663. Note 7

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1270&cln=7

(Consulté le 26.11.2022)

Licence Creative Commons