À Sebastian Scheffer, le 29 octobre 1668
Note [7]

Ejus absentia me torquet, sed Deus nobis aderit, eumque iterum videbo : c’est la plus poignante confidence de Guy Patin sur les déboires de Carolus ; il n’eut jamais la joie d’embrasser à nouveau son plus cher fils.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Sebastian Scheffer, le 29 octobre 1668. Note 7

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1493&cln=7

(Consulté le 10.08.2020)

Licence Creative Commons