De Julien Bineteau, le 1er octobre 1651
Note [7]

« Les remèdes extrêmes sont utiles aux extrêmes maladies », ou « Aux grands maux, les grands remèdes », ou, en étant plus fidèle à Hippocrate (Aphorismes, 1re section, no 6, Littré Hip, volume 4, page 463) :

« Pour les extrêmes maladies, l’extrême exactitude du traitement est ce qu’il y a de plus puissant. »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – De Julien Bineteau, le 1er octobre 1651. Note 7

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=9089&cln=7

(Consulté le 25.01.2022)

Licence Creative Commons