À Charles Spon, le 7 février 1648
Note [72]

« par un déplorable genre de mort ». « Il a couru d’étranges bruits sur sa dernière maladie et sur sa mort ; mais on ne peut guère savoir au vrai ce qui en est. Il faut faire peu de fonds sur les bruits de cette nature, car on sait par cent exemples que pour peu qu’un auteur se soit distingué, la renommée fait d’une mouche un éléphant sur les disgrâces corporelles ou domestiques qui lui surviennent ; et d’ailleurs, ceux qui savent tout le mystère sont ordinairement des personnes qui n’avouent point ce qui fait leur déshonneur » (Bayle).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 7 février 1648. Note 72

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0150&cln=72

(Consulté le 03.12.2020)

Licence Creative Commons