À Charles Spon, le 1er mars 1650
Note [75]

L’auteur véritable des mémoires du P. Joseph (v. note [3], lettre 208) était Charles Vialart (comme Guy Patin allait le dire dans sa lettre suivante), et non pas M. de Guron.

Jean de Rechignevoisin, sieur de Guron (1575-1635), avait fidèlement servi Henri iv aux armées avant d’être nommé en 1616 gouverneur des ville et château de Marans (Maine-et-Loire), puis conseiller du roi en ses Conseils d’État et privé en 1621. Devenu maréchal de camp (1627), Richelieu l’avait envoyé à Turin (1629) pour les affaires du Montferrat, en suite de quoi il partit combattre devant Casal assiégée, dont il empêcha la prise tandis que Louis xiii était occupé au siège de La Rochelle (1628). Après avoir été ambassadeur en Angleterre, Guron avait été nommé introducteur des ambassades en 1633.

Son fils Louis (Guron près de Poitiers 1616 ou 1617-1693), licencié en Sorbonne (1642), avait été ordonné prêtre en 1644. Il soutint activement Mazarin et la reine pendant la Fronde et fut fait conseiller d’État en 1650 avec la charge de surveiller les agissements des frondeurs en Guyenne, Aunis et Saintonge. Il fut nommé évêque et vicomte de Tulle en 1653. En 1658, il fut l’un de ceux qui obtinrent la censure de l’Apologie des casuistes. Il quitta Tulle en 1671 pour l’évêché de Comminges en Gascogne.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 1er mars 1650. Note 75

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0219&cln=75

(Consulté le 20.10.2021)

Licence Creative Commons