À Charles Spon, le 7 février 1648
Note [77]

« il était en effet sujet aux coliques néphrétiques, expulsant chaque mois de tout petits calculs, à peine de la taille d’un grain d’orge, avec beaucoup de douleurs et de tortures extrêmement vives. »

Marcellin (ou Marcel) Bompart, conseiller médecin du roi, exerçait à Clermont-Ferrand. Son Miser homo, penicillo medico-physico Marcellini Bompartii, consilarii et medici regii [L’homme malheureux, de la plume médico-physique de Marcellin Bompart, conseiller et médecin du roi] (Paris, Nicolas Boisset, 1648, in‑4o de 12 pages ; réédité en 1650) est une dissertation lyrique qui trace brièvement un tableau des maladies qui affligent l’homme (v. infra note [78], pour la dédicace) ; v. note [4], lettre 98, pour la thèse « Par nature, l’homme n’est-il pas tout entier que maladie ? ».

Bompart avait précédemment publié le Nouveau chasse peste (Paris, Philippe Gaultier, 1630, in‑8o), et la Conférence et entrevue d’Hippocrate et de Démocrite, tirée du grec et commentée (Paris, Vve de Philippe Gaultier, 1632, in‑8o, Medic@).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 7 février 1648. Note 77

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0150&cln=77

(Consulté le 29.11.2020)

Licence Creative Commons