À Claude II Belin, le 4 novembre 1631
Note [8]

Les deux dernières thèses quodlibétaires assez récemment disputées à Paris sur ce sujet étaient :

  • celle de Pierre Guénault le jeune, sous la présidence de Barthélemy Barralis, le 5 janvier 1628, An pesti sola manifesta ? [Y a-t-il des contrées vouées à la peste ?] (affirmative) ;

  • celle de Claude Chrétien sous la présidence de Jean Vacherot, le 22 novembre 1629, An pestis a putredine ? [La peste provient-elle de la putréfaction ?] (affirmative).

Étant donné son estime pour le candidat et pour le président, celle que Guy Patin ne donnait qu’à ses amis devait être la première ; mais il avait été l’un des neuf examinateurs de la seconde.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 4 novembre 1631. Note 8

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0007&cln=8

(Consulté le 10.12.2022)

Licence Creative Commons