À Charles Spon, le 8 janvier 1650, note 8.
Note [8]

Cette éclipse partielle de Lune avait été visible à Paris le 20 janvier 1609 à 2h30 (A.V.D.).

Voltaire (Dictionnaire philosophique) :

« Chaque phénomène extraordinaire passa longtemps, chez la plupart des peuples connus, pour être le présage de quelque événement heureux ou malheureux. Ainsi, les historiens romains n’ont pas manqué d’observer qu’une éclipse de soleil accompagna la naissance de Romulus, qu’une autre annonça son décès, et qu’une troisième avait présidé à la fondation de la ville de Rome. »

Furetière :

« Les Anciens faisaient de grands cris pendant l’éclipse de la Lune, croyant la soulager avec ces paroles, Vince Luna, {a} comme on voit dans Tacite, Sénèque le Jeune et Plutarque, et dans ce vers : Una laboranti poterit succurrere lunæ. {b} On a eu beaucoup de peine à guérir les chrétiens de cette superstition »


  1. « Lune, sois victorieuse ! »

  2. « Elle seule en geignant pourra porter secours à la Lune » (Juvénal, Satire vi, vers 443).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 8 janvier 1650, note 8.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0211&cln=8

(Consulté le 19/07/2024)

Licence Creative Commons