À Charles Spon, le 10 janvier 1650
Note [8]

« et retournent chaque pierre ».

Omnem movere lapidem est un adage de l’Antiquité qu’Érasme a commenté (no 330) :

« Xerxès {a} étant entré en guerre contre les Grecs, {b} fut battu à Salamine d’où lui-même se retira, mais en y laissant Mardonius pour continuer la guerre en son nom. Quand ce général eut perdu de nouveau la bataille à Platées {c} et dut fuir à son tour, le bruit se répandit dans le peuple que Mardonius avait laissé un immense trésor enterré dans l’enceinte de son camp. Alléché par cette aubaine, un Thébain nommé Polycrate acheta ce terrain. Mais quand il eut longtemps cherché le trésor avec acharnement sans avoir rien trouvé, il consulta l’oracle de Delphes pour connaître le moyen de trouver cette fortune. Apollon {d} répondit par ces mots : Παντα λιθον κινει, “ Retourne chaque pierre ”. Et ce faisant, il a, dit-on, retrouvé une immense quantité d’or. D’autres croient que la métaphore vient de ceux qui chassent les crabes sur le rivage, car la plupart se cachent sous les rochers que retournent ceux qui les cherchent. L’adage s’emploie même sous cette forme : παντα κινησω πετρον, “ Je retournerai chaque pierre ”, pour dire “ Je risquerai le tout pour le tout ”. »


  1. Roi de Perse au ve s. av. J.‑C.

  2. Seconde guerre médique.

  3. En Béotié, 479 av. J.‑C.

  4. V. note [8], lettre 997.

Encyclopédie :

« La composition de la thériaque a varié en divers temps, tant par le nombre et l’espèce de drogues que par rapport au modus conficiendi. {a} Les pharmaciens modernes se sont surtout appliqués à la reformer depuis que la chimie éclairant la pharmacie a découvert les vices énormes de cette composition, qui ne put qu’être barbare dans sa naissance, comme l’art qui la produisait ; mais et les soins que se sont donnés ces réformateurs pour rectifier cette composition, et les prétentions de ceux qui ont cru qu’il n’était point permis de toucher à une composition si précieuse, annoncent également un respect aveugle et superstitieux pour la célébrité, assurément très précaire, de ce remède qu’on peut justement appeler un monstre pharmaceutique. La meilleure réforme était donc assurément de chasser la thériaque des dispensaires et des boutiques ; car elle est certainement pire encore que le mithridate duquel Pline a écrit avec raison qu’il était manifestement dû à l’ostentation de l’art et à un monstrueux étalage de science : ostentatio artis, et portentosa scientiae, venditatio manifesta. »


  1. À la manière de la préparer.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 10 janvier 1650. Note 8

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0213&cln=8

(Consulté le 27.01.2021)

Licence Creative Commons