À Hugues de Salins, le 12 juin 1656
Note [8]

« dans l’ascite, quand se cache une effervescence extrême avec une soif presque inextinguible ; mais comme en quelque façon il s’accorde au symptôme, il augmente toujours la cause de la maladie. En eux-mêmes, les symptômes ne réclament aucun traitement, sinon peut-être que les causes des maladies résultent de leur violence : comme il en va du mal de tête dans la fièvre synoque putride [v. note [3], lettre latine 104] qui, par la grande quantité de matières qui sont attirées vers le cerveau, provoque le délire frénétique. Il n’existe aucune intempérie qui soit entièrement immatérielle ; et si on en reconnaît une pour telle, elle ne l’est pourtant que relativement. »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Hugues de Salins, le 12 juin 1656. Note 8

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0439&cln=8

(Consulté le 13.04.2021)

Licence Creative Commons