À André Falconet, le 6 juin 1664
Note [8]

« Elle se passera facilement de sirop de violettes, car il faut ici faire agir une vertu astringente ; ce qu’il n’a pas, en raison de son excessive humidité. »

Violette printanière (Chomel, 5e partie, page 360) :

« La violette de mars est laxative et sert dans la médecine aux sirops, aux juleps, aux conserves, aux vinaigres et aux huiles. Elle est bonne à toutes sortes d’inflammations, surtout aux enfants épileptiques ou qui ont des fièvres ardentes ; elle fait dormir, apaise les douleurs chaudes, purge la bile et l’adoucit aussi bien que que l’âpreté de la poitrine et du gosier. Le seul sirop violat laxatif, en prenant trois au quatre cuillerées, apaise les ardeurs des fièvres, lâche le ventre, fortifie le cœur, adoucit les douleurs de côté et sert à tous les maux qui procèdent de trop grande chaleur. »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 6 juin 1664. Note 8

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0784&cln=8

(Consulté le 21.11.2019)

Licence Creative Commons