À Charles Spon, le 23 octobre 1671
Note [8]

« L’esprit de sagesse et de critique, qui se communiquait de proche en proche, détruisit insensiblement beaucoup de superstitions. C’est à cette raison naissante qu’on dut la déclaration du roi de 1672, qui défendit aux tribunaux d’admettre les simples accusations de sorcellerie. On ne l’eût pas osé sous Henri iv ou sous Louis xiii ; et si, depuis 1672, il y a eu encore des accusations de maléfices, les juges n’ont condamné d’ordinaire les accusés que comme des profanateurs, qui d’ailleurs employaient le poison » (Voltaire, Le Siècle de Louis xiv, chapitre xxxi, page 1000).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 23 octobre 1671. Note 8

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1010&cln=8

(Consulté le 12.05.2021)

Licence Creative Commons