À Nicolaas Heinsius, le 14 juillet 1651
Note [8]

Dans ses Poemata de 1653 (3e édition, v. supra note [6]), Nicolaas Heinsius a honoré d’éminents personnages d’une pièce en vers latins ; mais Guy Patin n’y a eu droit à rien, pas même six, quatre ou deux vers.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Nicolaas Heinsius, le 14 juillet 1651. Note 8

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1052&cln=8

(Consulté le 11.05.2021)

Licence Creative Commons