À Johannes Antonides Vander Linden, le 26 décembre 1653, note 8.
Note [8]

Légitime partisan de l’indexation des ouvrages, Guy Patin avait formulé la même plainte dans sa lettre du 16 décembre 1653 à Charles Spon (v. sa note [40]) : « Il y a en tout le livre 884 pages, nullus in toto libro est Index, neque capitum, neque alphabeticus [tout le livre ne contient aucun index, ni table des chapitres ni index alphabétique], ce qui est fort incommode. »

Pour avoir moi-même cherché dans la Medicina physiologica de Johannes Antonides Vander Linden (v. supra note [1]), je partage entièrement cet avis : Patin aurait sans doute vu d’un bon œil l’index électronique de notre édition, qui dépasse les 67 000 entrées.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johannes Antonides Vander Linden, le 26 décembre 1653, note 8.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1061&cln=8

(Consulté le 17/07/2024)

Licence Creative Commons