À Ijsbrand van Diemerbroeck, le 31 août 1657
Note [8]

La Pharmacopœia, medicamentorum omnium quæ hodie ad publica medentium munia Officinis extant, tractationem et usum ex antiquorum Medicorum præscripto continens, Phramacopœis omnibus, atque etiam iis qui opus factitant medicum, valde utilis et necessaria. Anutio Fœsio Mediomatrico, Medico autore [Pharmacopée, qui contient la description et l’emploi, tirés de la prescription des anciens médecins, de tous les médicaments qui existent dans les officines pour remplir les devoirs publics de ceux qui soignent ; fort utile et nécessaire à tous les pharmaciens et aussi à ceux qui exercent la médecine. Par Anuce Foës (v. note [23], lettre 7), médecin natif de Metz] (Bâle, Thomas Guerinus, 1561, in‑8o) contient un long exposé sur la Theriaca Andromachi [Thériaque d’Andromaque (v. note [2], lettre 1001)] (pages 117‑130) ; Foës y cite plusieurs fois Galien, mais sans allusion à ses traités sur la thériaque, sans dire explicitement qu’ils sont apocryphes.

Hippocrate n’a pas connu la thériaque, mais Foës a consacré une brève entrée de son Lexicon Hippocrateum à ce remède (Θηριαχα) :

medicamenta dicuntur quæ ferarum morsibus medentur Gal. Com. 6. in lib. 6. Epid.
[médicaments qui, dit-on, soignent les morsures des bêtes sauvages (Galien, Commentaire 6 sur le livre vi des Épidémies d’Hippocrate)]. {a}


  1. Référence exacte à une phrase de Galien (Kühn, volume 17b, page 337) ; Foës ne cite pas ses deux livres sur la thériaque (à Pison et à Pamphilien), mais son Lexicon ne s’intéressait qu’au pur hippocratisme.

Sans avoir trouvé l’ouvrage où Giulio Cesare Claudini (v. note [6], lettre 359) a contesté que Galien fût l’auteur des traités sur la thériaque, j’ai cru là-dessus Guy Patin sur parole, ainsi que pour les autres auteurs qu’il cite ensuite. V. note [6], lettre latine 129, pour un retour de Guy Patin sur ce point d’authenticité galénique.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Ijsbrand van Diemerbroeck, le 31 août 1657. Note 8

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1123&cln=8

(Consulté le 13.05.2021)

Licence Creative Commons