À Charles Spon, le 20 mars 1649
Note [87]

Mme de Motteville (Mémoires, page 246) :

« Le 12 février 1649 arriva un héraut d’armes de la part du roi, qui se présenta à la porte Saint-Honoré, vêtu d’une mandille {a} sans manches, de velours bleu, couverte de fleurs de lis d’or, une toque de velours noir à sa tête et un bâton à sa main couvert du même velours, et pareillement semé de fleurs de lis. Le capitaine de la porte lui dit qu’il ne pouvait le laisser entrer sans le consentement du prince de Conti et du Parlement. M. de Maisons, qui y commandait en qualité de colonel du quartier, fut celui qui en alla donner avis à l’un et à l’autre. Le Parlement s’assembla aussitôt pour aviser à ce qu’il devait faire. Il fut arrêté de lui refuser l’entrée et que les Gens du roi iraient à Saint-Germain représenter à la reine que le roi n’ayant point accoutumé d’envoyer des hérauts à ses sujets, ils avaient refusé de le recevoir sous le nom d’ennemis et la supplier de leur dire ce qu’elle désirait de faire savoir au Parlement. Cette députation ne déplut point à la cour parce qu’elle était respectueuse et donnait lieu à quelques propositions d’accommodement que tous les gens de bien désiraient avec ardeur. »


  1. Court manteau que portaient les laquais.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 20 mars 1649. Note 87

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0166&cln=87

(Consulté le 14.07.2020)

Licence Creative Commons