À Claude II Belin, le 17 août 1632
Note [9]

Scipion Dupleix (Condom 1569-ibid. 1661) s’était acquis la protection de Marguerite de Valois (la reine Margot, première épouse de Henri iv, v. note [4], lettre latine 456), qui l’avait nommé maître des requêtes de son hôtel (1605). On accusa avec raison Dupleix d’avoir flatté Marguerite pendant sa vie, mais de l’avoir dénigrée après sa mort. Ses premiers ouvrages l’avaient fait nommer historiographe de France par Louis xiii ; {a} mais il finit par se retirer dans sa ville natale avec le titre de conseiller d’État. Guy Patin signalait ici son :

Histoire générale de France avec l’état de l’Église et de l’Empire… Contenant l’histoire depuis Pharamond jusques à Hugues Capet. {b}


  1. Mémoires des Gaules depuis le déluge jusqu’à l’établissement de la monarchie française, 8 livres, Paris, 1619, in‑4o, réimprimé depuis à la tête de son Histoire générale.

  2. Paris, Laurent Sonnius, 1621, tome i, in‑fo de 712 pages, de Pharamond jusques à Hugues Capet, avec portrait de l’auteur à l’âge de 49 ans.

    Les cinq tomes suivants ont paru ibid. et id :


Les deux derniers volumes valurent des soucis à leur auteur (Moréri 1732, tome 3, pages 312‑313) :

« Le cardinal de Richelieu avait revu les feuilles des deux derniers règnes, où on ne manqua pas de le bien flatter ; ce qui donna lieu à Mathieu de Mourgues d’écrire contre Dupleix, qui fut aussi convaincu d’ignorance et de mauvaise foi par le maréchal de Bassompierre. Il répondit à l’un et à l’autre le moins mal qu’il lui fut possible ; mais après la mort du cardinal, il eut dessein de refondre une partie de son histoire, ce que sa vieillesse ne lui permit pas d’exécuter. Il travailla aussi sur les libertés de l’Église gallicane pendant 15 ans, mais le Chancelier Séguier ayant fait brûler en sa présence le manuscrit pour l’impression duquel il demandait un privilège, il en eut tant de déplaisir qu’il mourut peu après à Condom au mois de mars 1661, étant âgé de 92 ans. »

Dans sa lettre à André Falconet, datée du 25 avril 1661, Guy Patin a écrit avoir été des amis de Dupleix dès 1618, puis son médecin.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 17 août 1632. Note 9

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0012&cln=9

(Consulté le 01.10.2022)

Licence Creative Commons