À Charles Spon, le 14 septembre 1643
Note [9]

« tout tenait à l’accumulation d’une putréfaction et d’un tabès, qui sont deux chemins menant à la mort. »

Tabès (du latin tabes, corruption) est un vieux mot de la langue médicale servant à qualifier l’état de dépérissement profond qui caractérise la phase terminale des longues maladies comme la tuberculose ou les cancers. C’est un synonyme de marasme, cachexie, phtisie (v. note [3], lettre 66) ou consomption (v. note [6], lettre 463). Au lieu de tout le corps, le tabès peut se limiter à un organe, dont il caractérise alors le pourrissement et l’atrophie.

L’acception du mot s’est d’ailleurs à présent restreinte au tabes dorsalis, atteinte syphilitique de la moelle épinière dorsale. Cette maladie, jadis très commune, est devenue exceptionnelle ; v. note [17] du Naudæana 2, pour sa pseudo-description dans le corpus hippocratique.

Tabès a donné les adjectifs tabide, tabique et tabétique.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 14 septembre 1643. Note 9

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0093&cln=9

(Consulté le 13.05.2021)

Licence Creative Commons