À Charles Spon, le 14 septembre 1643
Note [9]

« tout tenait à l’accumulation d’une putréfaction et d’un tabès, qui sont deux chemins menant à la mort. »

Tabès (du latin tabes, corruption) est un vieux mot de la langue médicale servant à qualifier l’état de dépérissement profond qui caractérise la phase terminale des longues maladies comme la tuberculose ou les cancers. C’est un synonyme de marasme, cachexie, phtisie (v. note [3], lettre 66) ou consomption (v. note [6], lettre 463). Au lieu de tout le corps, le tabès peut se limiter à un organe, dont il caractérise alors le pourrissement et l’atrophie. L’acception du mot s’est d’ailleurs à présent restreinte au tabes dorsalis, atteinte syphilitique de la moelle épinière dorsale (maladie qui est devenue exceptionnelle, mais que Guy Patin ne pouvait pas connaître car elle n’avait pas été décrite de son temps). Tabès a donné les adjectifs tabide, tabique et tabétique.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 14 septembre 1643. Note 9

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0093&cln=9

(Consulté le 25.11.2020)

Licence Creative Commons