À Hugues de Salins, le 3 mars 1656
Note [9]

Thapsie : nom d’un genre d’ombellifères ; la racine de la thapsie velue, thapsia villosa, contient une essence âcre et corrosive dont on faisait des rubéfiants, c’est-à-dire un médicament dont l’application sur la peau détermine une rougeur et une inflammation (Littré DLF).

Galien a parlé de l’emplâtre de thapsie (θαψιας επαλειφθεισης, illita thapsia en latin) dans le chapitre xxi du livre i du traité De Simplicium medicamentorum temperamentis ac faculatatibus [Des mélanges et facultés des médicaments simples] (Kühn, volume 11, page 418, traduit du grec) :

Ergo si quis ab illa thapsia uratur, ardor aceto restinguitur ; id quod cui libitum est experientia discere licet, velut nos profecto fecimus in nobis ipsis, quo accurate medicamenti potentiam experimur.

[L’application de vinaigre éteint la chaleur excessive que provoque l’emplâtre de thapsie ; chacun en pourra faire l’expérience, comme je l’ai parfaitement constaté sur ma propre personne, quand j’ai soigneusement éprouvé les pouvoirs de ce médicament].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Hugues de Salins, le 3 mars 1656. Note 9

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0436&cln=9

(Consulté le 22.01.2020)

Licence Creative Commons