À Charles Spon, le 19 septembre 1659, note 9.
Note [9]

Guy Patin voulait parler non pas de ses propres thèses de bachelier, mais des trois thèses qu’il avait écrites et présidées jusque-là : en 1627, pour la quodlibétaire de Georges Joudouin (v. note [10], lettre 3), « sur la passion utérine » ; en 1643, pour la quodlibétaire de Paul Courtois, « L’homme n’est que maladie » ; en 1647, pour la cardinale de Jean de Montigny sur la Sobriété.

Patin avait levé le nez de ses livres pour épouser Jeanne de Janson le 10 octobre 1628.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 19 septembre 1659, note 9.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0579&cln=9

(Consulté le 15/07/2024)

Licence Creative Commons