Autres écrits : Traité de la Conservation de santé (Guy Patin, 1632) : Pièces liminaires
Note [9]

Guy Patin s’est toujours insurgé contre les juleps, en raison de leur origine arabe et de leurs vertus cordiales (v. note [7], lettre 135), mais il était lui-même grand prescripteur de (bons) sirops, notamment de roses pâles. Une traduction plus littérale (mais néologique) de son latin le rend franchement péjoratif et dissipe tout malentendu : « bézoardistes, julapistes et sirupiatres ».

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Traité de la Conservation de santé (Guy Patin, 1632) : Pièces liminaires. Note 9

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8167&cln=9

(Consulté le 29.11.2020)

Licence Creative Commons