De Jean de Nully, le 21 janvier 1656
Note [9]

Stibe est sans doute à prendre ici pour une dénomination précieuse (et fantaisiste) de l’antimoine (stibium en latin).

L’hydrargyre est le nom grec du vif-argent, c’est-à-dire du mercure.

Dans toute cette allégorie, imprégnée de mythologie, sur les soins qu’il faut porter à la santé (Hygie), s’agissant de médicaments métalliques, on aurait plutôt attendu Vulcain (dieu romain du feu, des forges et des volcans) que Pluton (dieu des Enfers).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – De Jean de Nully, le 21 janvier 1656. Note 9

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=9042&cln=9

(Consulté le 18.10.2019)

Licence Creative Commons