Annexe : Une thèse de Guy Patin : « L’homme n’est que maladie » (1643)
Note [a]

« Par nature, l’homme n’est-il pas tout entier maladie ? Question médicale, à discuter le matin aux thèses quodlibétaires dans les Écoles de médecine le jeudi 17 décembre (1643), sous la présidence de M. Guy Patin, docteur en médecine et censeur des Écoles. »

Ceci est le texte latin intégral, avec une traduction en français (proposée pour la première fois à ma connaissance), de la thèse médicale de Guy Patin qui eut le plus de retentissement en France et en Europe, et dont son auteur tira le plus de fierté : réditée sept fois (Paris, Nicolas Boisset, 1647, in‑4o de 8 pages, pour la dernière), augmentée et corrigée, elle a aussi été reproduite dans plusieurs recueils médicaux du xviie s. (v. note [3], lettre 107). Quand ma transcription diffère du texte original de la thèse (reproduit en fac-simile), c’est que j’y ai introduit des additions ou des modifications venant des rééditions.

Le bachelier candidat était Paul Courtois Meldensis (natif de Meaux, v. note [5], lettre 265). Comme il arrivait souvent, le candidat n’avait pas rédigé lui-même sa thèse, mais seulement répondu sur le texte écrit par son président (v. note [1], lettre 1).

Les huit docteurs régents disputants (Domini Doctores disputaturi) étaient : Robert Debonnaire (natif d’Amiens, reçu en 1638), Martin iii Akakia (professeur royal, natif de Paris, 1599, v. note [12], lettre 128), Durand François Yon (natif de Paris, 1637, v. note [9], lettre 266), Léon Le Tourneurs (natif de Rennes, 1637, v. note [9], lettre 380), Nicolas Cappon (natif de Paris, 1637, v. note [30], lettre 399), Nicolas Richard (natif de Paris, 1637, v. note [28], lettre 293), Hermant de Launay (natif de Mantes, 1625, v. note [36], lettre 183), Philippe ii Hardouin de Saint-Jacques (natif de Paris, 1625, v. note [15], lettre 54) et Élie Béda des Fougerais (natif de Paris, 1624, v. note [27], lettre 155).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Annexe : Une thèse de Guy Patin : « L’homme n’est que maladie » (1643). Note a

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8038&cln=a

(Consulté le 01.12.2020)

Licence Creative Commons