Autres écrits : Consultations et mémorandums (ms BIU Santé  2007) : 16
Note [b]

Le texte qui suit est un fragment écrit par une plume anonyme ; Guy Patin avait employé le verso de cette feuille pour copier la consultation qui précède.

Ce fragment, d’un grand intérêt pour notre édition (v. note [1], lettre latine 297), est la copie mot pour mot de la page 177 de l’Anthropographie de Jean ii Riolan (livre i, chapitre xii, De Intestinis [Les Intestins], édition de Francfort, 1626, v. note [25], lettre 146). Il y parlait de la valvule iléo-cæcale, en contestant vivement le fait que Caspar Bauhin en fût l’inventeur.

Cette valvule, dite de Bauhin, est un repli muqueux qui se situe à l’abouchement de l’iléon (dernier segment de l’intestin grêle) dans le cæcum (premier segment du côlon, ou gros intestin, v. note [1], lettre 245). Elle empêche la matière contenue dans le côlon de remonter à contre-courant dans l’iléon. Le cæcum se situe dans la fosse iliaque droite de l’abdomen ; c’est à lui qu’est attaché l’appendice, diverticule dont l’inflammation (appendicite) n’était pas encore connue des médecins au temps de Guy Patin (comme on a vu dans la consultation qui précède, car il pouvait fort bien s’agir d’une de ses formes abcédées, on la rangeait dans l’amas confus des inflammations mésentériques).

Je me suis contenté de transcrire entièrement les deux paragraphes de la traduction que Pierre Constant a donnée de l’Anthropographie (Paris, 1629, pages 256‑258), en :

  • modernisant l’orthographe et la ponctuation ;

  • traduisant les noms latins des auteurs cités ;

  • mettant entre accolades les parties qui précèdent et suivent celle qui est copiée en latin sur la feuille ;

  • signalant, en note, les quelques erreurs et lacunes qui se trouvent dans la copie ;

  • et ajoutant de copieux mais nécessaires commentaires, qui sont récapitulés dans la note [16] infra.

Six titres figurent successivement dans les marges de cette édition française :

  1. Vanité de Bauhin ;

  2. Varolius est le premier qui a découvert la valvule ;

  3. Preuve du larcin de Bauhinus touchant la valvule tirée de lui-même ;

  4. De Salomon Albertus ;

  5. Et de Picolominus ;

  6. Bauhin se flatte d’un honneur imaginaire.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Consultations et mémorandums (ms BIU Santé  2007) : 16. Note b

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8146&cln=b

(Consulté le 27.01.2020)

Licence Creative Commons