Annexe : Avis critiques sur les Lettres de Guy Patin : Voltaire, Sainte-Beuve, Nisard, Pic, Mondor, Jestaz, Capron
Note [e]

Son bistouri et sa plume ont fait de Henri Mondor (Saint‑Cernin, Cantal 1885‑Neuilly‑sur‑Seine 1962) une gloire de la chirurgie française au xxe s. et un immortel de l’Académie française en 1946. Ces extraits sont tirés de son livre intitulé Grands médecins presque tous. Gui Patin 1601‑1672 (Paris, Éditions Corrêa, 1943, in‑8o, pages 45‑73).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Annexe : Avis critiques sur les Lettres de Guy Patin : Voltaire, Sainte-Beuve, Nisard, Pic, Mondor, Jestaz, Capron. Note e

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8037&cln=e

(Consulté le 06.05.2021)

Licence Creative Commons