À André Falconet, le 29 septembre 1665, note 1.
Note [1]

« la nourrice des prêtres et des moines », allusion aux blâmables indulgences dont, selon les réformés, Rome accablait les catholiques dans le vain espoir de racheter leurs années de purgatoire.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 29 septembre 1665, note 1.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0837&cln=1

(Consulté le 30/09/2023)

Licence Creative Commons