À Hugues II de Salins, le 27 décembre 1657, note 19.
Note [19]

« qu’ils s’abstiennent entièrement de bouillie ».

La panade était une « espèce de soupe ou de potage fait de pain cuit et imbibé dans le jus de viande, qu’on donne aux malades qui ne peuvent pas encore digérer la viande, et aux personnes délicates, qui en prennent le matin en guise de bouillon pour s’engraisser » (Furetière).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Hugues II de Salins, le 27 décembre 1657, note 19.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0509&cln=19

(Consulté le 22/06/2024)

Licence Creative Commons