À André Falconet, le 19 janvier 1663
Note [9]

« De la blessure infligée demeurera une cicatrice qui ne s’effacera pas facilement. “ L’avare manque toujours de tout ” [Horace, Épîtres, livre i, lettre 2, vers 56]. »

La « petite disgrâce » dont Philibert Morisset, récent doyen de la Faculté de médecine, avait été victime au chevet du fils de la duchesse de Rohan (et dont il demandait réparation) a été évoquée à la fin de la lettre à Falconet datée du 8 décembre 1662, mais je n’en ai pas trouvé le motif exact.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 19 janvier 1663. Note 9

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0740&cln=9

(Consulté le 15.06.2021)

Licence Creative Commons