Ernest BAZIN (1807-1878)

N� à Saint-Brice-sous-Bois, pr�s de Paris, le 20 février 1807, Bazin mourut à Paris le 14 décembre 1878.

Premier au concours de l�Externat des Hôpitaux de Paris, Bazin fut nommé à l�Internat des Hôpitaux de Paris en 1828 et reçu docteur en médecine de la Facult� de Paris le 21 août 1834.

Apr�s un premier �chec en 1835, Bazin se représenta à l�agr�gation deux ans plus tard. Mais, dira Besnier, "Bazin n��tait pas dou� dans l�art de solliciter, il ne se soumettait à la formalit� des visites de candidature que pour satisfaire aux objurgations de son p�re ; il avait en outre commis la très grave imprudence de manifester librement son opinion en matière scientifique sur les hommes et sur les choses de son temps ; le scrutin ne lui fut pas favorable"

Nomm� médecin des Hôpitaux de Paris en 1836, M�decin de l'Hôpital de Lourcine de 1841 à 1844, médecin de l'Hôpital Saint-Antoine pendant 3 ans, Bazin fut nomm� chef de service Saint-Louis, successeur d�Emery, en 1847. Le premier acte significatif de son activit� à Saint-Louis eut lieu en 1850. A cette époque, le traitement de la gale consistait en des frictions avec la pommade d�Helmerich, seulement sur les mains et les plis de flexions des membres sup�rieurs. Les malades hospitalis�s une à deux semaines étaient consid�r�s comme gu�ris avant qu�une r�cidive ne survienne de fa�on presque in�vitable. Bazin, apr�s avoir montr� que l�on pouvait trouver le sarcopte de la gale sur tout le corps et non pas seulement sur quelques localisations comme on le croyait auparavant, mit au point un traitement dit �conomique de la gale en un jour, à condition d�appliquer la pommade sur l�ensemble du corps.

En 1853 Bazin publia ses "Recherches sur la nature et le traitement des teignes" dans lesquelles il reprit les travaux de Gr�by. Il fit valoir d�finitivement l��tiologie parasitaire des teignes et l�importance de l��pilation à la pince des cheveux parasit�s comme �tant le meilleur traitement.

A partir de 1855, Bazin commen�a à publier ses conceptions doctrinales nosologiques, montrant ce qui selon lui était insuffisant dans une conception trop centr�e sur l�anatomo-pathologique et insistant sur la n�cessit� de revenir aux doctrines traditionnelles hippocratiques. Il d�veloppa �galement l�importance qui devait être donnée aux affections dites constitutionnelles, aux diathèses. Les syphilides et scrofulides, plus tard les herp�tides et les arthritides servaient à constituer de "grandes unit�s morbides, à montrer que les diverses affections présentées par un même sujet aux différentes phases de son existence ne sont pas toujours des accidents ind�pendants les uns des autres et dus aux circonstances du dehors mais bien dans un grand nombre de cas, les anneaux du même cha�ne pathologique dont la réunion constitue abstractivement, les maladies constitutionnelles".

Principaux ouvrages : Le�ons th�oriques et cliniques sur la scrofule (1858) ; Le�ons th�oriques et cliniques sur les affections cutanées parasitaires (1858). Le�ons th�oriques et cliniques sur les syphilides (1859). Le�ons th�oriques et cliniques sur les affections g�n�riques de la peau (1862). Dermatoses in : Dictionnaire encyclop�dique des sciences médicales, première série, tome XXVII, Asselin et Masson, 1882.


Retour