Emile VIDAL (1825-1893)

Apr�s avoir suivi les cours de l'Ecole de Médecine de Tours, Vidal fut nommé IHP en 1850. R�fus� à l�agr�gation de médecine, Vidal fut l�un des premiers en France à développer l'intérêt de l�anatomo-pathologie en dermatologie : "tous ses �l�ves connaissaient la fameuse armoire aux pr�parations de son laboratoire, armoire remplie de bo�tes soigneusement �tiquet�es dans lesquelles se trouvaient de nombreuses coupes histologiques dues aux collaborateurs les plus divers, malheureusement pas toujours excellentes, collection qu'il croyait de grande valeur et qu'il s�effor�ait sans cesse d�enrichir. (�) Son plan était de refaire toute l�anatomie pathologique cutanée". Vidal fut d�ailleurs le premier à publier en France ave Henri Leloir, Professeur de dermatologie à Lille, un ouvrage d�anatomie pathologique cutanée enrichie d'une abondante iconographie en couleurs.

En matière de th�rapeutique dermatologique, le nom de Vidal fut longtemps attach� à la m�thode des scarifications lin�aires quadrill�es surtout utilisées dans le traitement du lupus vulgaire, de la couperose, de la s�borrh�e, des impétigos.

Vidal manifesta un constant intérêt pour les questions de sant� publique qui lui valurent d��tre secrétaire de la Société de Temp�rance pendant plusieurs années. Il fut �galement le premier à proposer à la Société M�dicale des Hôpitaux de Paris d�isoler les malades contagieux et tout particulièrement les varioleux.

Selon Brocq, le nom de Vidal reste surtout attach� à la m�thode des scarifications lin�aires quadrill�es : "il nous a appris à arr�ter la marche extensive du lupus vulgaire en scarifiant largement les bords et en empi�tant de plusieurs millim�tres sur les tissus sains en apparence, à gu�rir le lupus vorax sans d�labrement et à pr�venir ainsi d�effroyables mutilations en r�duisant en v�ritable bouillie le tissu morbide (�) Ceux qui l�ont vu alors qu'il était médecin de cet Hôpital à ces fameuses s�ances op�ratoires du jeudi où il avait chaque semaine à traiter de 60 à 80 cas, ceux-l� savent comment il appliquait cette m�thode et quels r�sultats il en obtenait".

Sabouraud, interne de Vidal en 1889 d�crivit son Maître comme "un homme d'un caract�re acari�tre et difficile (�) despotique, fort grincheux envers les internes qui ne savaient rien en dermatologie (�) au début Vidal me fit la vie si dure qu�un jour apr�s une algarade, je lui proposai de changer de service. Il se radoucit aussit�t et devint par la suite bien plus aimable à mon endroit. Et ce fut Wickham plus pacifique qui endossa dor�navant sa mauvaise humeur (�). Vidal avait une qualit� étonnante de diagnostic à première vue souvent de très loin (..) nous disions de son diagnostic qu'il était t�lescopique" .

Officier de la l�gion d�Honneur, membre de l�Acad�mie de Médecine élu en 1883, membre fondateur de la Société française de dermatologie, Vidal mourut en 1893.


Retour